Le hammam : présentation d’une tradition toujours prisée

Partager

 

D’où vient le hammam ? Qu’est-ce que c’est ? Est-on nu ? Qui le fréquente ? Toutes les réponses ici.

Origines

Déjà au VIIIe siècle av. JC, le poète Homère mentionne les bains d’air chaud en parlant des Phéniciens. Les bains d’air chaud sont une habitude hygiénique des populations orientales depuis la Haute Antiquité. Plus tard, les Grecs et les Romains les dotent d’un luxe important et les érigent en institutions nationales, tout en les ouvrant gratuitement à la population dans les gymnases et les thermes. Avec la chute de l’Empire romain, les bains d’air chaud périclitent en Europe mais perdurent dans la partie orientale de l’Empire et au Maghreb. Ils sont ensuite repris et développés par les musulmans sous le nom de hammam. L’islam incite en effet à une hygiène attentive, et c’est ainsi que les Occidentaux les dénomment « bains turcs », en référence à l’Empire ottoman.

Thermes romains, thermes d’Antonin à Carthage (Tunisie) – CC By Ludushka – CC By Nader Ghanja

Qu’est-ce que le hammam?

Le hammam, également appelé bain maure ou bain turc, est un bain d’air chaud. A la différence du sauna qui est sec, le hammam utilise l’humidité. Il s’agit du bain des anciens, toujours pratiqué aujourd’hui que ce soit pour des raisons d’hygiène, de bien-être ou de santé. Le hammam consiste en une série de salles voûtées et chauffées à des températures progressives. Des sceaux d’eau très chaude sont remplis dans la salle la plus chaude. La chaleur procure au corps une transpiration abondante et dilate les pores de la peau. Il est ensuite aisé de se masser, se frictionner et se savonner dans une salle un peu moins chaude. Des professionnels (tayyeb) sont à la disposition des clients pour cela. La séance se termine par des ablutions à volonté d’eau chaude et d’eau froide. Il est ensuite possible de se reposer dans une salle prévue à cet effet tout en sirotant un thé.

Hammam de la mosquée Hassan II à Casablanca (Maroc) – Hommes en salle de repos d’un hammam d’Alep (Syrie) (CC By Iñaki Queralt)

Au hammam, un drap de bain appelé fouta est utilisé pour se couvrir

A la différence de certains pays comme le Japon où les bains sont mixtes et où l’on se baigne entièrement nu, le hammam n’est pas mixte et l’on ne se baigne pas nu. Il peut exister des hammams réservés aux femmes ou aux hommes, et des hammams présentant des créneaux horaires. En Tunisie, en semaine les hammams sont réservés aux hommes le matin et aux femmes l’après-midi. Ces créneaux s’inversent le week-end. Aussi, que ce soit les femmes ou les hommes, un drap de bain en coton fin et léger appelé fouta est traditionnellement utilisé pour se couvrir. La même fouta est portée différemment par les femmes et les hommes.

Reconstitution de scènes d’hommes vêtus de leurs foutas – Hammam Vakil en Iran (CC By Naji Fatemeh) – Hammam El Basha au Maroc (CC)

Fréquentation du hammam

Le hammam est fréquenté par toutes les strates de la société. En Tunisie, il existe différents types de hammams. Des hammams très luxueux accueillant une clientèle aisée se sont développés ; d’autres sont simples et rudimentaires. En règle général, le hammam est fréquenté une fois par semaine, bien que certaines personnes y aillent plus souvent. Auparavant, toute la population y allait. Néanmoins, depuis la généralisation des salles de bain au sein des habitations, le hammam a disparu de certains pays comme l’Egypte. En Tunisie, une bonne partie de la population les déserte, mais ils sont toujours prisés et très fréquentés car ils procurent un bien-être que la salle de bain ne saurait égaler.

En Tunisie, la couleur rouge sur une porte signifie qu’il s’agit d’un hammam (© Sajada) – Salle froide d’un simple hammam de Tunis (CC By Aymen FANTAR)

1 thought on “Le hammam : présentation d’une tradition toujours prisée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise KeywordLuv.