Les nattiers de Nabeul

Partager

Les nattes, ces « tissus » de paille de jonc, font partie du paysage tunisien. Appelées « hssir » dans le langage dialectal, elles sont notamment utilisées pour couvrir les sols et les murs, pour décorer, s’y asseoir, s’y allonger…

Aperçu d'une partie d'une natte.
Aperçu d’une partie d’une natte – © Sajada

Auparavant, des nattes ornaient les murs des patios des maisons traditionnelles. Aujourd’hui, on les trouve toujours sous forme de tapis au sol des mosquées ou dans les cafés, comme en témoigne le célèbre « Café des nattes » à Sidi Bou Saïd. Elles sont également utilisées pour confectionner des paniers, des meubles et des objets du quotidien.

Le Café des nattes à Sidi Bou Saïd
Le Café des nattes à Sidi Bou Saïd – © Sajada

La fabrication des nattes se fait dans plusieurs régions de Tunisie, notamment dans la ville de Nabeul. A Nabeul, ce métier artisanal très ancien était exercé par les agriculteurs durant leurs temps libres. Ce n’est que dans les années 1960 que c’est devenu un métier à part entière, qui fait désormais partie des métiers reconnus par l’Office national de l’artisanat tunisien.

La rue des nattiers de Nabeul était jadis très animée. Elle comptait une quarantaine de nattiers dans les années 1960. Aujourd’hui, elle n’en compte plus que deux. Ceux qui pratiquent encore ce métier le font avant tout par passion, car c’est un travail qui demande beaucoup de patience tant dans la confection des nattes que dans le gain.

Ce sont les enfants de nattiers qui apprenaient ce métier très jeune, dès l’âge de 8 ans, durant leurs vacances scolaires. Ils commençaient à apprendre à trier les brins de jonc, à confectionner de petites nattes comme des sets de table, puis à écrire de petits textes sur les nattes.

Nattier de Nabeul
Nattier de Nabeul

La préparation du jonc se fait pendant l’été pour toute l’année. La première étape consiste à récolter le jonc au bord des rivières puis à le laisser sécher au soleil pendant au moins deux mois entre juin et août. Il faut ensuite le stocker trois mois avant de commencer à l’utiliser afin qu’il s’assouplisse et soit facile à manipuler. Le jonc est ensuite trempé dans l’eau et est prêt à être utilisé.

Jonc
Jonc.

Les méthodes de fabrication n’ont pas changé. Les nattes se tissent sur un métier horizontal. Habituellement, les métiers à tisser ne dépassent pas 80 cm de large du fait de la taille de la tige de jonc. Néanmoins, si l’on souhaite des nattes plus larges, deux hommes travaillent simultanément côte à côté sur un métier plus large, en entrecroisant plusieurs tiges de jonc. Douze heure de travail sont nécessaires pour réaliser 3 mètres de nattes.

Deux nattiers confectionnent une large natte.
Deux nattiers confectionnent une large natte.

La couleur naturelle du jonc est jaune paille. Les autres sont teintés, notamment en vert, rouge et violet (couleur appelée olive noire par les nattiers). Les motifs traditionnels réalisés sur les nattes sont simples, jolis et inspirés du quotidien. Néanmoins, les nattiers innovent de plus en plus avec l’aide des étudiants des Beaux Arts qui leur soumettent de nouvelles idées de motifs et d’objets : rideaux, sièges rembourrés, tables…

Aujourd’hui, la majorité de la production de nattes est destinée aux mosquées. Les nattiers reçoivent beaucoup de demandes de l’étranger, notamment d’Algérie, mais il n’y a pas assez d’artisans pour les honorer.

Enregistrer

3 thoughts on “Les nattiers de Nabeul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise KeywordLuv.