Des Vietnamiens se mobilisent pour sauver un escalier d’artisanat marocain

Partager

Durant l’été 2014, les autorités d’Hô-Chi-Minh-Ville (ancien Saïgon) ont annoncé que le bâtiment du Saïgon Tax Trade Center, grand centre commercial qui abrite un chef-d’œuvre architecturale marocain, serait démoli et remplacé par une tour de 43 étages.

Le chef d’œuvre architectural marocain n’est autre que le grand escalier du centre commercial, œuvre unique et inestimable en zelliges marocains qui prend une place centrale au sein du bâtiment. L’escalier, orné de mosaïques crées à l’aide de minuscules puces d’émail recouvert, est complété de balustrades décoratives en bronze.

© Alexandre Garel
© Alexandre Garel

Le bâtiment, qui abritait autrefois les Grands Magasins Charner (GMC), avait été construit au début des années 1920 par les Français durant la période coloniale. A cette époque, l’art marocain était utilisé à des fins décoratives dans les bâtiments municipaux en France et dans les colonies d’outre-mer. L’escalier est un excellent exemple de l’ancien art de la mosaïque marocaine de zelliges, une spécialité de la ville de Fès. Il s’agit d’un travail extrêmement complexe, difficile et minutieux dont seuls les artisans marocains ont le secret. Aujourd’hui encore, les artisans marocains sont connus pour leur savoir-faire et sont sollicités dans tous les coins du monde.

Escalier d'artisanat marocain au Vietnam
© Dona Đỗ Ngọc

L’escalier a longtemps été considéré comme une œuvre d’art de grande beauté, mais son origine a vite été oubliée. Ce n’est que lorsque l’annonce de la démolition du bâtiment a été annoncée que l’origine de l’escalier et l’importance de sa sauvegarde ont été mis en avant. Depuis un an, la société civile vietnamienne s’est mobilisée pour la sauvegarde de pièces architecturales du bâtiment, et notamment du grand escalier afin qu’ils puissent être réintégrés dans le nouveau bâtiment. Une campagne publique de grande envergure a été menée, et une pétition en ligne a recueilli 3 486 signatures. En début d’année 2015, ceci a poussé le Comité populaire de la ville de Ho Chi Minh à promettre de prélever l’escalier, le conserver puis le réintégrer au sein du nouveau bâtiment.

© Dona Đỗ Ngọc
© Dona Đỗ Ngọc

Néanmoins, des questions demeurent car cela exige un traitement très prudent et un travail hautement spécialisé dont l’expertise requise n’existe pas au Vietnam. Le sort du grand escalier est donc toujours en suspend en attendant une expertise solide. Des artisans marocains seront-ils de nouveau appelés ?

Aurélie Déjeant-Majeldi

Enregistrer

2 thoughts on “Des Vietnamiens se mobilisent pour sauver un escalier d’artisanat marocain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise KeywordLuv.