JavaScript semble être désactivé dans votre navigateur.

Vous devez avoir JavaScript activé dans votre navigateur pour utiliser toutes les fonctionnalités de ce site. Cliquez ici pour obtenir des instructions sur l'activation de javascript dans votre navigateur.

Le métier à tisser est indispensable à la réalisation d’un tapis. Il permet de maintenir les fils de chaîne tendus et parallèles durant la confection du tapis.

Les métiers à tisser des tapis tunisiens se distinguent en deux sortes : le métier à tisser à haute lisse (vertical), et celui à basse lisse (horizontal). Ils répondent tous deux au même principe consistant à maintenir tendus et parallèles les fils de chaîne, toujours à la même distance. Ils sont entièrement réalisés en bois et sont utilisés par les femmes pour la fabrication de tapis et kilims (klims), mais aussi de couvertures ou de vêtements divers nécessaires au trousseau de la mariée.

Le métier à basse lisse est parallèle au sol et presque à son contact. Il est utilisé par les nomades du fait qu’il est facilement transportable et qu’il se démonte aisément, même lorsque le travail est commencé. Afin de monter ce métier à tisser, les fils de chaîne sont tendus entre deux traverses et liés une fois sur deux à la barre de lisse. Les tapis tissés ne peuvent pas dépasser la grandeur du métier. Il permet de fabriquer des bandes étroites de 40 à 80 cm environ, qui pourront être assemblées pour former des pièces plus larges. Néanmoins, le démontage et le remontage fréquents du métier à basse lisse engendre le fait que les tapis comportent souvent des déformations.

Le métier à haute lisse est quant à lui utilisé par les populations sédentaires des villes et des villages. Il est fixe et comprend des structures solides qui permettent la réalisation du tapis en une seule fois. Il est composé de deux montants verticaux et de deux barres horizontales (ensouples). Le cadre est ainsi formé par les montants et les ensouples sur lequel les fils de la chaîne sont tendus.

Le métier à tisser à haute lisse est celui qui est utilisé pour la confection des tapis (kilims (klims) et mergoums (margoums)) que nous présentons sur notre site. Le tissage est entièrement réalisé à la main sans navette ni broche à l’aide d’un seul accessoire indispensable, le peigne tasseur. La tisserande tunisienne travaille assise par terre face au métier, toujours à la même hauteur, et la partie tissée du tapis est enroulée sur l’ensouple inférieure au fur et à mesure que le travail avance.

Fouta terre
Fouta terre
18,00 €
13,95 €

Livraison gratuite dès 49 €

Satisfait ou remboursé

Qualité garantie

Paiement sécurisé